/TR>
Ecrivez-nous Accueil Indice Imprimer S'abonner A propos de nous... Nos autres sites www.6com.be Plan du site
Inscrivez-vous
L'actualité Edito; Vie syndicale 6cofiches Dossiers Liens

Bienvenue sur 6com.be
27 Novembre 2021

:: Nos éditos ::

L´Index à l´index, c´est (le) majeur ! (07/02/2011)

La préservation de l’Index aurait donc été le principal acquis syndical du dernier projet d’Accord interprofessionnel (A.I.P.) désormais refusé par la FGTB et la CGSLB.C’est, du moins, ce qu’il ressort de la communication des responsables de la CSC pour justifier leur acceptation. Et, il est vrai que ce discours a aussi pu être entendu à l’intérieur de la Maison FGTB ! Y aurait-il donc un quelconque sentiment de victoire à garder le peu qui reste aux travailleurs ?

Car enfin : le texte de ce projet prévoyait bien que les interlocuteurs sociaux s’engageaient à (ré)ouvrir la discussion sur la définition de l’Index.Ce qui veut dire que la porte était ouverte à un nouveau tripatouillage de cet indice synthétique dont le but n’est jamais que de préserver le pouvoir d’achat des travailleurs face à l’augmentation des prix à la consommation.
 
Nouveau tripatouillage, car cet indice a d’abord été « lissé » dans les années ’80 (autrement dit, on le calcule sur une plus longue période, ce qui introduit un effet « retard » et en diminue donc sa pertinence), puis on l’a transformé en « indice-santé » dans les années ‘90 (autrement dit, on a ôté de son calcul des produits consommés par les gens, mais qui seraient mauvais pour leur santé).
 
L’indexation des salaires telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui n’est donc déjà plus qu’un rattrapage a posteriori et très imparfait de la perte de pouvoir d’achat subie par les travailleurs.
Petite remarque en passant à propos de l’indice-santé : on a dit aux travailleurs « il y a des produits nocifs pour la santé que vous feriez mieux de ne plus consommer, par exemple le tabac, l’alcool, etc. Par conséquent, on les retire du calcul de l’Index ! ». Que le système néo-libéral, caractérisé par son amoralité la plus patente, réussisse à introduire du moralisme paternaliste dans le calcul d’un indice économique reste pour moi l’une des formes d’hypocrisie des plus remarquables de ces dernières années ! Mais, soit.
 
D’aucuns voudraient maintenant aller plus loin : puisque ce sont les produits énergétiques qui ont tiré l’Index vers le haut : enlevons-les du calcul et le tour est joué !Ben voyons ! Quelle est la raison de la volatilité du prix des produits énergétiques ? La dérégulation et la libéralisation du secteur ! Qui a voulu cette libéralisation ? La droite et les milieux patronaux ! Et maintenant (une fois de plus !), on veut faire payer la facture aux travailleurs ? De qui se moque-t-on ?
Va-t-on maintenant nous expliquer qu’il est mauvais que l’on se déplace pour aller travailler ? Qui demande toujours plus de mobilité ?
 
Mais cette attaque contre l’indexation des salaires vient de franchir une nouvelle étape, et cette fois au niveau européen.L’Allemagne d’Angela Merkel et la France de Nicolas Sarkozy viennent de se réunir pour indiquer que la sauvegarde de l’Euro passait par une intégration plus forte des politiques économiques des pays membres. Qu’ont-ils dit : « Le couple franco-allemand a lancé des propositions concrètes de mesures comme autant de ballons d'essai : surveillance des salaires de la fonction publique, désindexation des salaires sur l'inflation, harmonisation de l'impôt sur les sociétés, recul de l'âge de la retraite généralisé, engagements nationaux sur une limitation de l'endettement dans le marbre des Constitutions »[1]. Tout y est !
 
Ceux qui avaient cru que les néo-libéraux désarmeraient face à l’ampleur de la catastrophe de la crise financière de 2007 en sont pour les frais. Non seulement ils ne désarment pas, mais il semble bien qu’ils soient encore plus « décomplexés » que par le passé.Et l’attaque sur « la désindexation des salaires sur l’inflation » est quasiment exclusivement ciblée contre la Belgique et ce qui reste de son modèle social (à ma connaissance, seul le Luxembourg et… Malte ont des systèmes identiques).
 
Le pire étant qu’il s’agit d’un véritable autisme économique !
 
Les professeurs Stiglitz (prix Nobel d’économie en 2001), Krugman (prix Nobel d’économie en 2008), Roubini, Fitoussi, … ne sont certainement pas des cripto-marxistes.Pourtant tous défendent la thèse inverse de celle actuellement adoptée par la « Mamy Nova teutonne », « le schtroumpf bling-bling gaulois » et leurs affidés : c’est, au contraire vers une meilleure répartition des richesses, vers plus d’investissements, notamment dans le secteur de l’enseignement, vers une véritable politique de régulation et de réglementation des marchés, vers une lutte effective contre la spéculation financière… qu’il faut aller !
 
Lors des débats télévisés de l’avant-dernier week-end, Laurette Onkelinx avait brandi « involontairement » son majeur face aux caméras, les militants de la FGTB viennent de le dresser fièrement face à la droite, et c'est tout à leur honneur!
 
 
Bernard Bolly
Réagir


[1] Journal « Les Echos » - 4 février 2011.

 

Retour

Copyright © 2002 @beris.com
Telephone : +32 (0)4 349 07 05