Ecrivez-nous Accueil Indice Imprimer S'abonner A propos de nous... Nos autres sites www.6com.be Plan du site
Inscrivez-vous
L'actualité Edito; Vie syndicale 6cofiches Dossiers Liens

Bienvenue sur 6com.be
04 Août 2020

Métallos MWB Liège-Luxembourg: chronologie 2007


Un dernier regard sur l’année 2007. Une année qui a plus que jamais été placée sous le signe de la mondialisation. Les métallos FGTB Liège-Luxembourg ont dû faire face à diverses délocalisations, parfois toutes proches, au nom de la guerre des coûts. C’est encore dans un contexte globalisé que Lakshmi Mittal a décidé de rouvrir toute la phase à chaud liégeoise, à la condition express qu’on lui fournisse les quotas de CO2 nécessaires.

Mais 2007 restera aussi l’année du gâchis politique: six mois pour composer un gouvernement, et encore, temporaire, au seul motif du repli sur soi de Flamands toujours plus hargneux envers les francophones. A contre-courant du discours ambiant, les métallos liégeois ont à leur tour sorti leurs griffes: pas question de se laisser marcher sur la tête, la régionalisation est aussi un combat syndical bien ancré dans la tradition renardiste.

Une année 2007 où, plus que jamais, le syndicat aura donc eu fort d’affirmer son rôle de contre-pouvoir actif, que ce soit vis-à-vis du monde économique ou du monde politique.

Télécharger la chronologie 2007 au format PDF.

Sommaire

Fortunes diverses pour les victimes de délocalisation

L’année 2007  s’est ouverte sur l’approbation de l’accord social concernant les 83 travailleurs de Polypal à Herstal. Elle s’est achevée sur l’annonce de deux délocalisations dans la région verviétoise : Stocko Contact, de  Malmedy vers l’Allemagne et Marine Power, de Petit Rechain vers Bierset. Dans les deux cas, ces décisions sont suspendues. Du moins provisoirement.

Le début de 2007 a marqué la fin des négociations et l’approbation d’un plan social pour les 83 travailleurs concernés par la fermeture de Polypal aux Hauts-Sarts. L’actionnaire, le groupe britannique Whittan, avait annoncé en juillet 2006 son intention de stopper la production  en terre liégeoise et de la transférer sur son site de Durango en Espagne, un site jugé plus productif de celui de Herstal. Le plan social est moins avantageux qu’espéré mais il permet  à huit personnes de ne pas perdre le bénéfice de la prépension. L’employeur avait en effet mis la prépension  de ces travailleurs dans la balance. Il voulait bien augmenter les primes de départ, mais alors il n’était plus question de préretraite. La solidarité entre les travailleurs liégeois n’a pas été un vain mot au terme de six mois de conflit.

Janvier est également le mois de l’annonce du transfert d’une minime partie de la production d’Imerys Minéraux  de Lixhe vers Anvers. L’impact social est au diapason puisque trois personnes seulement sont concernées par cette délocalisation limitée.

Au cours des derniers mois de 2007, la région verviétoise est le théâtre de deux projets de délocalisation. A la mi-septembre,  la direction de Stocko Contact dit envisager de transférer ses activités de Malmedy  à une quarantaine de kilomètres, de l’autre côté de la frontière allemande. La douche est froide pour les  130 salariés de l’entreprise. Certains pourraient être amenés à devoir aller travailler en Allemagne. Toutefois, la FGTB Métal ne désarme pas et obtient la réalisation d’un audit financier sur le groupe. Ses résultats devraient bientôt être publiés. Une grève a malgré tout lieu en novembre en raison du fait que la direction a débauché des travailleurs sous contrat à durée déterminée pour des prestations en Allemagne.

La fin d’année s’annonce  également difficile pour Marine Power à Petit-Rechain . Elle stoppe une partie de ses activités, ce qui la conduit à se séparer d’une quinzaine de personnes et dans le même temps, elle annonce son déménagement à Bierset.  Les métallos de la FGTB-Verviers s’y opposent et au début de cette année 2008, la délocalisation est  remise en cause, du moins provisoirement.

Métallos MWB Liège-Luxembourg : Assurer son avenir, et prendre ses responsabilités

Accord interprofessionnel et accords sectoriels ont animé le début de l’année, avant que la crise politique belge n’incite les métallos liégeois à réaffirmer haut et fort leur symbiose avec le régionalisme. Un discours à contre-courant de la tendance du moment.

Négocié fin 2006, le préaccord interprofessionnel 2007-2008 ne plaît pas aux métallos liégeois FGTB qui dénoncent plusieurs griefs: le manque de marge pour les augmentations salariales, l’absence d’avancées dans le rapprochement des statuts ouvrier-employé, la dérive dans le mécanisme des prépensions initiée par le pacte des générations, etc.

Dès lors, le 3 janvier, le comité provincial prend officiellement position en ne votant pas pour le projet. Une abstention qui sera également adoptée par l’ensemble des Métallos Wallonie-Bruxelles quelques jours plus tard.

La FGTB fédérale finira finalement par approuver le texte du bout des lèvres, à 55%. La signature officielle intervient le 2 février.

- Négociations sectorielles -

Les négociations se déplacent alors au sein des secteurs. C’est ainsi qu’en mars, les commissions paritaires 111 (Fabrications métalliques), 104 (Sidérurgie) et 149.4 (Commerce du métal) aboutissent à des accords sectoriels (consultables sur le site web www.groupes.be).

Il est à noter que pour la première fois, ces négociations se sont déroulées en présence d’un représentant de la toute nouvelle MWB.

- Régionalisme ne veut pas dire séparatisme -

Le 10 juin, les Belges se rendent aux urnes. Puis les négociations en vue de former un gouvernement fédéral débutent, entre les partis libéraux et chrétiens/humanistes.

«L’Orange bleue » bute très vite sur les thèmes communautaires, chers à la N-VA. Yves Leterme (CD&V) est incapable de sortir de la mêlée, le pays semble au bord de l’implosion, les manifestations de toutes sortes pour réclamer l’unité du pays naissent çà et là.

A trop vouloir défendre, on finit par attaquer. L’opinion publique, guidée par le politique, en vient à refuser toute réforme de l’Etat fédéral et un meilleur régionalisme.

Les Métallos MWB Liège-Luxembourg, forts de leur passé renardiste qui, dans les années ’60, prôna avant l’heure la régionalisation de la Belgique, sortent alors du bois. Dans le mensuel Rouge Métal du mois d’octobre, Francis Gomez, président, rame à contre-courant : «L’idée fédéraliste n’est pas une construction politique, mais simplement la revendication d’un mieux-vivre dans le cadre d’une meilleure gestion politique». Il faut donc affiner davantage les mécanismes de régionalisation, notamment en ce qui concerne l’emploi.

Les métallos précisent encore leur pensée : pas question de vouloir le séparatisme, mais pas question non plus d’être pris par surprise le jour où…

Fin novembre, le syndicat mettra également en garde les dérives possibles d’un gouvernement de centre-droit, peu enclin à s’occuper du pouvoir d’achat des gens. Descendre dans la rue? Pourquoi pas… cela se fera le samedi 15 décembre, au niveau national: quelque 5.000 manifestants arpenteront les rues de Bruxelles, et les métallos seront fortement représentés.

- 125 ans de vie syndicale à Verviers -

Octobre 2007 sera l’occasion pour les métallos verviétois de fêter leurs 125 ans d’existence. Un bail donc, et une fierté pour la cité lanière qui a vu naître la première convention collective de travail en 1906.

Lors de la cérémonie académique, le samedi 20 octobre, Marcel Bartholomi, secrétaire régional, rappelle le combat syndical permanent pour l’amélioration du sort des travailleurs.

Sont également présents à la tribune  Jean-Claude Vandermeeren (FGTB wallonne), Jean-Marie Musette (FGTB Métal Liège-Luxembourg) et Claude Desama (bourgmestre PS). Un jogging solidaire et des concerts extérieurs complètent les festivités qui recueillent un succès certain.

Notons enfin que cette même année, Verviers a également pu fêter dignement les 25 ans du Fosoder, le fonds de solidarité et de développement régional des métallos. Une exposition a été montée pour l’occasion.

- Informer, encore et toujours -

Né fin 2006, le mensuel Rouge Métal poursuit son aventure. Il s’enrichit parfois de suppléments (interview de Marc Tarabella, ministre wallon de la Formation, de Jean-Claude Marcourt, ministre wallon de l’Economie, gros plan sur les 125 ans de la régionale de Verviers, …), et est également disponible sur le web.

Le mailing d’information 6com, créé en 2001, est pour sa part relifté en fin d’année. Un petit dépoussiérage graphique qui amène à davantage de lisibilité.

La rédaction se dote également d’un outil « dernière minute » qui permet une information instantanée en cas d’info chaude. A ce jour, plus de 60.000 articles ont été produits.

Enfin, toujours dans un souci d’informer au mieux les militants, un «tableau de bord de l’acier mondial» a été lancé.

Une année 2007 sans trop de heurts donc. Et qui permet de préparer au mieux l’année 2008, qui verra se dérouler les élections sociales du 5 au 18 mai. Un nouveau combat crucial en perspective.

En bref

Les métallos liégeois récupèrent leur coq métallique, symbole de la Wallonie. Dans le cadre de la réaffectation du bâtiment de l’ancien journal «La Wallonie» en un nouveau commissariat de police, le coq en métal qui ornait la façade a été décroché. Il devrait prendre prochainement la direction de Namur pour décorer le nouveau bâtiment des Métallos Wallonie-Bruxelles. Pour rappel, le bâtiment liégeois appartenait à la FGTB Métal avant d’être racheté par la Ville de Liège il y a peu.

La première convention collective de travail a été signée à Verviers, le 30 octobre 1906. Cette «convention bilatérale» a été approuvée conjointement par sept patrons et sept représentants des travailleurs, ce qui, pour la première fois, officialisera l’existence et le travail des syndicats. La FGTB de Verviers a commémoré l’événement le jeudi 25 octobre : une plaque a été apposée devant le gymnase, à l’endroit où était érigée à l’époque «La Franchimontoise», cercle patronal du textile puis fief du PRL verviétois.

In memoriam. La FGTB Métal Liège-Luxembourg a rendu hommage, le 5 novembre, à son ancien président René Piron, décédé il y a dix ans déjà. Sur l’espace Piron, place de la Bergerie à Seraing, Francis Gomez a retracé la carrière de René Piron et rappelé tous les combats qu’il avait menés pour les travailleurs de la région liégeoise. En ces temps politiques mouvementés, Francis Gomez est aussi revenu sur l’engagement fédéraliste de René Piron. De son côté, le ministre wallon de l’Economie Jean-Claude Marcourt (PS) a rappelé la grande amitié qui le liait à l’ancien président métallo. Ainsi que son combat pour une réduction du temps de travail à 32 heures par semaine, en quatre jours et sans perte de salaire.

Arcelor Mittal Liège souffle le chaud et le froid

Le nouveau patron d’ArcelorMittal prend conscience de l’intérêt économique de toute la ligne à chaud liégeoise. Et est prêt à rouvrir le haut-fourneau 6 de Seraing, à condition de recevoir les quotas de CO2 nécessaires. Espoirs... et craintes.

En ce début d’année, la donne est on ne peut plus claire chez le sidérurgiste: le chaud est condamné à l’horizon 2009, il faut pérenniser le froid au maximum, et développer au plus vite l’aval de l’aval.

Mais dès janvier, des rumeurs enflent: au vu de la croissance exponentielle du marché de l’acier, le sidérurgiste aurait tout intérêt de rouvrir le haut-fourneau 6, le coût de réhabilitation (estimé à 20 millions d’euros) étant bien inférieur aux profits qu’ArcelorMittal pourrait en tirer.

Voilà qui corrobore ce que la FGTB Métal soutient depuis 2003 : la fermeture était une ineptie économique. Qu’à cela ne tienne, en février, lors de la présentation des résultats, le patron du groupe Lakshmi Mittal est catégorique: «J’ai le sentiment qu’il faudra effectivement fermer les hauts-fourneaux liégeois».

- Une visite de la dernière chance -

Fin du mois cependant, le patron d’ArcelorMittal est annoncé à Liège. Les syndicats préparent de manière intensive ce rendez-vous déjà qualifié de la dernière chance. Chiffres à l’appui, ils vont, durant deux heures, développer leur thèse et démolir l’argumentation développée à l’époque par les représentants français d’Arcelor.

La stratégie fait mouche, mais les métallos ne veulent pas donner un espoir trop rapidement : «Tant qu’il n’a pas dit oui, c’est non» résumera ainsi Francis Gomez, président.

Des signes avant-coureurs ne trompent cependant pas: en mars, on rouvre la troisième cornue à Chertal; en avril, la direction liégeoise avance la probabilité de laisser en état de marche un haut-fourneau plus longtemps que prévu ; en mai, des équipes d’électriciens s’affairent sur le site du HF6. Puis, le 16 mai, à l’occasion de la publication des résultats, ArcelorMittal annonce ce qui semblait encore improbable quelques mois plus tôt : on va rouvrir le haut-fourneau 6.

- Des emplois, et le respect des accords -

Cette décision a une implication directe sur l’emploi: 300 postes directement, pour la remise en route de l’outil, puis 2.700 emplois directs et 10.000 indirects lorsque l’ensemble de la phase à chaud aura redémarré.

Du côté syndical, on se veut aussi prudent quant au respect des accords passés en 2003 : Jean-Claude Marcourt (PS), ministre de l’Emploi, confirme que les prépensions seront accordées comme prévu (à peu près 1.500 personnes sont concernées).

- Très cher CO2 -

Fin mai, alors qu’un accord social pour la réouverture est rapidement signé, le dossier du CO2 débarque la table du gouvernement wallon. On sait que les rejets d’émission produits par le HF6 n’étaient pas prévus par la Région lorsqu’elle a concocté son plan d’allocations. Si, pour les années 2008/2009, des solutions «de rechange»  peuvent être trouvées, il n’en est pas de même pour la suite. Or, Lakshmi Mittal a la ferme intention de prolonger la ligne à chaud liégeoise jusque 2015 au moins.

Plusieurs pistes sont avancées : l’achat de quotas extérieurs par ArcelorMittal, le transfert de quotas depuis des autres sites du sidérurgiste, une nouvelle répartition des quotas en Wallonie, l’intervention du fédéral qui, en son temps, a fait un geste pour la Flandre, la révision des obligations européennes… on pense avoir le temps, deux ans au moins. Il n’en est rien. Alors que les travaux se poursuivent, et que les engagements ont doucement lieu, Lakshmi Mittal sort dans la presse le 9 octobre : s’il n’y a pas d’accord sur les quotas de CO2 courant jusque 2015, il ne rallume pas le HF6. Sans conteste, la pression est mise sur la Région. A Liège, on continue les préparatifs pour la grande réouverture, désormais prévue le 21 janvier 2008, dans les conditions imposées par Lakshmi Mittal.

Un groupe de travail est alors créé au niveau fédéral en décembre. A ce jour, aucune solution n’a encore été dégagée, ce qui reporte la réouverture du HF6. Sans pour autant, pour l’instant, la condamner.

- du chaud au froid -

En mars, ArcelorMittal négocie avec le groupe américain Noble la fusion de leurs activités dans le domaine des flans soudés au laser. La CSC monte au créneau, et affirme que Tailored Blanks Liège est menacé, tout comme ses 130 travailleurs. La direction  réfute ces dires, étant donné que TBL ne fait pas partie du « package » qui partira dans la société commune à créer (et dans laquelle ArcelorMittal sera minoritaire).

Il est cependant vrai que le marché s’affaiblit, et que le sidérurgiste vient de perdre son principal client, Renault. Lors d’un conseil d’entreprise extraordinaire, qui se tient fin du mois, la direction confirme qu’aucun licenciement ne sera opéré, et que la production sera réorientée. La FGTB Métal déplore tout de même cette décision : dans les accords de 2003, TBL faisait office fer de lance du déploiement du froid.

- Ferblatil dans la tourmente -

Mais en août, c’est une autre usine du groupe qui nourrit à nouveau des rumeurs : Ferblatil, spécialiste du fer blanc et qui emploie 360 personnes, pourrait être purement et simplement revendue. C’est en tout cas ce qu’affirme la CSC, le syndicat chrétien étant persuadé que le site de Tilleur paye pour la relance du chaud.

Une théorie vivement contestée par la FGTB (voir par ailleurs), qui n’attend qu’une chose de la direction : un plan industriel solide, qui ne tienne pas compte des tractations en cours pour la réouverture du HF6.

Un ralentissement de la production est décidé par la direction, le marché étant saturé. Réaction directe de la CSC qui part en grève le 10 octobre, théoriquement pour 24 heures. Mais le mouvement se prolonge 24 heures de plus, et a des répercussions sur l’ensemble de la ligne à froid : certaines usines sont mises à l’arrêt.

Un calendrier de négociations est alors clairement fixé entre la direction et les syndicats. Première rencontre, le 17 octobre. Et déjà le clash : la CSC claque la porte, au motif que le discours de la direction (restructuration, pas fermeture) est mensonger. Une réaction qui étonne la FGTB, alors que la direction propose des nouveaux produits en remplacement.

Nouveau rendez-vous le 24. Des chiffres alarmants filtrent officieusement : ArcelorMittal conserverait moins de 100 emplois.

Les métallos FGTB ne veulent pas court-circuiter les négociations en cours en lançant des informations internes. Il faut continuer les discussions, et aboutir à un plan industriel solide avant de parler de licenciements. Cette ligne de conduite, le syndicat socialiste la garde tout le long de la procédure.

Fin novembre, on entre dans le concret, et la direction avance des pistes : l’immunisation (pendant deux ans) des coûts des coils par rapport à Dunkerque (jusqu’à ce que le chaud liégeois prenne sa pleine puissance), la mise sous cocon des outils non utilisés (comme certaines découpeuses), de nouvelles productions sur les lignes de laminage ou encore la mise en place d’une réflexion sur le coût de l’énergie (et les remèdes à y apporter).

La CSC Métal continue à faire cavalier seul. Elle réclame une tripartie avec la Région, et boycotte toujours les réunions. La direction menace fin novembre : si la concertation ne peut se faire normalement, les conséquences négatives se feront sentir dans la filière du fer blanc, mais également au niveau du laminage. Métallos et employés FGTB réagissent à leur tour quelques jours plus tard : en pratiquant la politique de la chaise vide, la CSC joue avec l’avenir des travailleurs de Ferblatil. Or, la direction affirme ne pas vouloir procéder à des licenciements et à conserver une activité sur le site.

Décembre est alors le théâtre d’un imbroglio sans précédent. La CSC Métal dépose un préavis de grève venant à échéance le 6 décembre, mais elle revient à la table des négociations. Puis lève son préavis… avant qu’un nouveau mouvement ne soit décidé 24 heures plus tard. Quoique… cette dernière initiative semble être l’œuvre de la délégation locale : Boulevard Saucy, on n’est pas au courant.

Puis on approuve quand même une «concentration de militants» le 13 décembre. A y perdre son latin….

La poursuite des négociations est dores et déjà prévue en janvier. Dans un climat plus serein ? Les travailleurs auraient tout à y gagner.

- Métalprofil se recentre sur le profilage de tôles -

Autre filiale à subir les aléas du marché économique, Métalprofil (Herstal) annonce en novembre un nouveau plan industriel qui se couple à un plan social, sans licenciement sec. Le travail serait recentré sur les profilés 1.500mm; 4 nouveaux modèles de ce type de profilés (issus des gammes allemande et française) seraient rapatriés sur Liège; 1,5 million d’euros seraient investis dans le matériel; le pliage des tôles (étape qui prend le plus de temps) serait abandonné, et l’entretien externalisé.

Dès lors, la production passerait de 30 à 40-45.000 tonnes par an (les nouveaux produits se font plus rapidement), et le personnel serait réduit de 50 à 25 personnes, uniquement via des prépensions à 52 ans ou transfert vers d’autres entités du groupe ArcelorMittal. La procédure Renault est toujours en cours.

- Le climat social toujours à l’orage chez Oxybel  -

Fin 2006, un conflit avait envenimé le climat social chez Oxybel (Liège), active dans le commerce du métal et la confection de petites pièces d’acier. La direction s’était engagée à fournir un calendrier de négociations pour début 2007. Ce qu’elle ne fait pas. Les métallos FGTB déposent alors un préavis de grève, d’autant que l’entreprise s’assied sur une série de conventions.

Début février, lors d’un conseil d’entreprise, les syndicats apprennent la volonté de la direction de délocaliser les services administratifs et comptables vers Mosacier (Sclessin), ce qui aura des répercussions sur l’organisation du travail.

Après une assemblée générale animée, les représentants des travailleurs calment l’ardeur du personnel… jusqu’au 6 février, où des arrêts de travail sont observés en pause. Réponse patronale, qui envoie des huissiers, ce qui n’arrange rien, que du contraire.

Il faut attendre le 9 février, et la présence d’un responsable des ressources humaines d’ArcelorMittal, pour que les négociations reprennent un peu plus sereinement.

Fin d’année enfin, la direction licencie un ouvrier qui chargeait du vieux bois dans sa voiture sans en avoir reçu l’autorisation. La FGTB Métal couvre l’arrêt de travail, au motif que la procédure n’a pas été respectée et que la sanction est démesurée. Le syndicat obtient gain de cause, et l’ouvrier incriminé se voit infliger une mise à pied de 15 jours.

- Divergences syndicales -

L’année 2007 aura vu les syndicats FGTB et CSC se diviser à Cockerill. En cause, deux stratégies différentes…

Du côté de la FGTB, deux leitmotivs ont guidé les négociations : d’une part, se battre pour la réouverture du chaud, puisque son extinction était une aberration économique ; de l’autre, continuer à défendre et à développer le froid, puisqu’ArcelorMittal a l’intention d’en faire un pôle incontournable au sein du groupe. Jamais, la FGTB n’a voulu lier les deux dossiers. Elle l’a exprimé avec force dans de nombreux communiqués : «Nous n’accepterons jamais que la relance du chaud serve de compensation à l’arrêt d’API (fer blanc) et nous mettrons tous les moyens qu’il faudra pour empêcher une telle logique».

Autre son de cloche du côté de la CSC. Durant les premiers mois de l’année, le syndicat n’a eu cesse de condamner le chaud, et l’hypothétique réouverture du HF6, au motif que cela nuirait au déploiement du froid, voire au maintien de certaines filiales en difficulté au vu de la faiblesse de certains marchés (comme le fer banc). Des préavis de grève ont ainsi été déposés, dans le froid et dans le chaud, alors que des négociations étaient en cours. La CSC persiste et signe encore aujourd’hui : la relance du chaud a condamné des usines du froid.

- Telex -

Les pensionnés vont retoucher. Dans le complexe mécanisme des prépensions à Cockerill, la plupart des travailleurs concernés ont, durant quelques années, versé des cotisations sociales excessives à l’Onem. Une erreur relevée par la FGTB Métal Liège-Luxembourg: pendant un an, les prépensionnés ont touché une sorte de «crédit-pont»... qui a donc été taxé. Mais après la disparition de cette enveloppe, l’Onem a continué à ponctionner une cotisation sociale. A tort. L’erreur sera bien vite réparée.

Centre Acier de Liège. En avril, la première pierre du futur Centre Acier de Liège a été posée à Jemeppe. Pour rappel, ArcelorMittal compte l’inaugurer en juin 2008. Il devrait abriter près de 300 personnes et conforter l’ancrage du froid liégeois.

Comité d’entreprise européen. Les représentants du personnel et la direction d’ArcelorMittal ont conclu en avril un accord de principe sur un nouveau Comité d’entreprise européen (CEE) commun. Le nouveau CEE représente plus de 130.000 employés au sein de l’Union européenne des 27. Tant du côté patronal que syndical, on se dit content de cet accord.

CCT 2007-2008. Syndicats et direction d’ArcelorMittal Liège ont signé en novembre la convention collective 2007-2008. Le texte prévoit notamment une prime (non récurrente) pour la fin de cette année 2007, une amélioration de l’assurance-groupe ou encore de la méthodologie à respecter dans les relations sociales.

Mélon. Le personnel de l’entreprise Mélon (Ougrée), active dans le montage mécanique et sous-traitant de la cokerie d’ArcelorMittal à Seraing, arrête deux fois le travail en novembre. En front commun, il entend ainsi protester contre le non-respect des barèmes du secteur. Les discussions débouchent sur quelques avancées.

Magnetto. La société Magnetto, qui dépend du groupe CLN dans lequel ArcelorMittal est actionnaire, va développer une activité à Seraing. Il s’agira d’assemblage de pièces de carrosserie. Si tout va bien, 300 personnes pourraient à long terme travailler sur le site.

TNT confirme son ancrage liégeois

Liège Airport et TNT continuent à convoler ensemble, même si l’année 2007 a connu un conflit social minime suite à une prime au mérite attribuée à une partie des employés.

L’année 2007 commence positivement pour TNT puisque tant le centre de tri liégeois que la compagnie TNT Airways sont certifiés ISO 14001, ISO 9001 et OHSAS 18001. Mais un conflit social vient paralyser les activités le 12 février au soir. En cause, la décision de la direction d’accorder une prime au mérite à une partie des employés (30%), une pratique discriminatoire qui avait pourtant été bannie lors de la convention collective 2005-2006.

Dans un premier temps, la direction ne bronche pas, ce qui entraîne la poursuite de la grève la nuit suivante. Après une nouvelle réunion avec les syndicats, elle finit par accorder une prime non récurrente de 200 euros à tout le personnel. Ce qui met fin au mouvement.

Quelques jours plus tard, un quotidien avance que TNT pourrait ne pas investir les 93 millions d’euros prévus pour Liège. La direction ne tarde pas à réagir : l’investissement sera bien réalisé, et Liège reste «cruciale» dans le développement futur du groupe de courrier express.

Un nouveau vent d’optimisme souffle donc bien sur Bierset, d’autant que le groupe de courrier express annonce fin février des chiffres à la hausse pour l’année 2006, avec notamment un bénéfice net de 670 millions d’euros (+1,7%) et un chiffre d’affaires de 10,06 milliards d’euros (+7,8%). Les chiffres 2007 devraient être du même acabit.

Une autre bonne nouvelle tombe en juin, cette fois du côté de Technifutur, mais elle pourrait avoir des conséquences positives pour TNT. Le centre de formation reçoit l’agrégation Part-147, ce qui lui permet de mettre en route des formations en maintenance aéronautique.

A l’avenir, le groupe néerlandais pourrait donc baser tout ou partie de la maintenance de ses avions à Liège. Il est également question, mais sans confirmation officielle, du développement d’un «centre de services à valeur ajoutée».

Tous les dossiers
Composition et programme des gouvernements fédéral et régionaux
31-mai-2016

Rouge Métal, le mensuel de la FGTB Métal Liège-Luxembourg
13-sept.-2015

La Fête du 1er mai à Liège
25-avr.-2015

6com-Europe, une lettre socio-économique pour mieux comprendre l´Europe
26-mars-2014

Rouge Métal, le mensuel de la FGTB Métal Liège-Luxembourg
10-janv.-2014

6com-Europe, une lettre socio-économique pour mieux comprendre l´Europe
13-déc.-2013

Elections sociales 2012 : le calendrier des Métallos liégeois
01-mai-2012

Le travail étudiant: pour qui? Quand? Comment?
10-févr.-2012

Les métallos wallons et bruxellois sur le terrain
16-janv.-2012

2003-2011: la sidérurgie liégeoise souffle le chaud et le froid
12-oct.-2011

Prolongation des mesures de crise et exécution de l´accord interprofessionnel 2011-2012
18-avr.-2011

Tout savoir sur l´Accord interprofessionnel 2011-2012
28-févr.-2011

IHOES (Jemeppe): la mémoire de l´Histoire
07-févr.-2011

Vers un retour en force de l´inflation?
12-janv.-2011

Note du conciliateur (3 janvier 2011): ce qui serait régionalisé
06-janv.-2011

1960 - 1961: une expo et un journal pour "la grève du siècle"
09-déc.-2010

Libéralisation du rail en Europe: chronique d´un échec annoncé
17-nov.-2010

"Colectivo Generación Lorca", la mémoire des immigrés espagnols sur le web
14-juin-2010

Analyse 6com: Aux urnes, citoyens... flamands!
11-juin-2010

La droite a encore frappé près de chez vous: 11 clips pour décoder la crise
10-juin-2010

Juin 2010: carnet de campagne
19-mai-2010

Les élections législatives, comment ça marche?
11-mai-2010

Envie de changements (habitation/mobilité): des primes à portées de mains !
09-mai-2010

La Fête du 1er mai à Liège et Verviers
30-avr.-2010

Conflit à Techspace Aero (Milmort): des prépensions pour l´embauche de jeunes
30-mars-2010

Chasse aux chômeurs: Un bon accompagnement vaut toujours mieux qu´un contrôle stérile
25-févr.-2010

Imeco (Grâce-Hollogne): un jugement favorable qui devrait faire du bruit
09-févr.-2010

Le congé parental, source de bien-naître... et de bien grandir
15-déc.-2009

Les budgets fédéral, régional et communautaire par mots-clés
14-oct.-2009

L´homme qui valait 35 milliards
27-août-2009

Le retour à l´avant-plan de la réduction collective du temps de travail
02-juin-2009

Juin 2009: carnets de campagne
28-mai-2009

Elections régionales et européennes, mode d´emploi
28-avr.-2009

Evénement 6com: ciné-débat ce lundi 27 avril
24-avr.-2009

La Fête du 1er mai à Liège et Verviers
16-avr.-2009

AIP 2009-2010 : les éco-chèques pour stimuler le pouvoir d´achat
23-mars-2009

Tableau de bord du secteur automobile mondial
26-févr.-2009

Wallonie et grèves: le triomphe de l´intox
24-févr.-2009

Le statut unique au Luxembourg
03-févr.-2009

En direct du Forum social mondial
27-janv.-2009

Le plan anticrise wallon
12-janv.-2009

Les groupements d´employeurs
09-janv.-2009

Debunne (FGTB) a eu son mot à dire jusqu´à la fin
22-sept.-2008

Le Fonds social chauffage septembre 2008
16-sept.-2008

Les bus moins chers pour les jeunes
02-sept.-2008

Accidents mortels survenus dans la sidérurgie liégeoise depuis octobre 2002
01-sept.-2008

FGTB Métal Liège-Luxembourg: élections sociales 2008
28-mai-2008

Elections sociales 2008: le calendrier des métallos liégeois
07-mai-2008

Verhofstadt III: des paroles aux actes?
18-mars-2008

Gandrange: la Lorraine se bat pour la survie de l´aciérie
14-févr.-2008

Métallos MWB Liège-Luxembourg: chronologie 2007
29-janv.-2008

Le Fonds social chauffage 2008
14-janv.-2008

Représentation syndicale dans les PME: le projet d´accord
29-nov.-2007

Marc Tarabella (PS): "Je suis un homme de terrain"
05-nov.-2007

125 ans des métallos FGTB de Verviers
04-oct.-2007

Ce que nous propose Yves Leterme (CD&V)
06-août-2007

Trop chaud pour travailler ?
26-juin-2007

Elections fédérales 2007: les propositions politiques sur les thèmes clés
04-juin-2007

Regards croisés: Francis Gomez (FGTB Métal) et Jean-Claude Marcourt (PS)
21-mai-2007

Le 1er mai, une histoire de combat
26-avr.-2007

Fonds spéculatifs et fonds de pension à l´assaut de l´économie
14-févr.-2007

Le Fonds social chauffage
17-janv.-2007

FGTB Métal Liège-Luxembourg: chronologie 2006
17-janv.-2007

Tout ce que vous devez savoir sur les négociations interprofessionnelles
08-janv.-2007

Premier congrès d´orientation des Métallos Wallonie-Bruxelles
09-déc.-2006

La Libéralisation des marchés du gaz et de l´électricité
28-oct.-2006

Contrat premier emploi: un dossier 6com pour comprendre
21-sept.-2006

Elections communales 2006: ce qui va changer
04-sept.-2006

Syndicats et intérim: réguler et contrôler la flexibilité du marché du travail
17-juin-2006

Des 6cofiches économiques pour décoder l´actu
15-juin-2006

Les détecteurs d'incendie obligatoires dès le 1er juillet prochain
03-juin-2006

OPA de Mittal Steel sur Arcelor: séisme dans la sidérurgie mondiale
01-juin-2006

Réduction sur le gaz naturel
30-mai-2006

'Avec l'extrême droite, la cible c'est toi': des outils pour la démocratie
14-mars-2006

Inbev met en bière Jupille: une surprise, vraiment?
01-mars-2006

Augmentations salariales et indexation automatique
11-févr.-2006

Réduction sur le gaz en vrac et le pétrole lampant
20-janv.-2006

Economie sociale: un dossier pour comprendre
12-déc.-2005

Le 'Pacte de solidarité entre générations'
11-oct.-2005

Récupérer la TVA sur ses factures de mazout
10-oct.-2005

Les acteurs du redéploiement économique liégeois
07-avr.-2005

Série: Pays de Liège - C'est grave docteur?
03-avr.-2005

Arcelor: retour sur trois ans de mensonges
02-avr.-2005

AIP 2005-2006: un dossier pour comprendre
31-janv.-2005

Forum social mondial - Porto Alegre - du 26 au 31 janvier
26-janv.-2005

Congrès de la CISL - Miyazaki 2004
07-déc.-2004

La directive Bolkestein, une nouvelle attaque contre l'Europe sociale
28-nov.-2004

Explosion à la cokerie d'Ougrée: du drame au procès
12-sept.-2004

A l'aube des élections régionales, bilan socio-économique de la Wallonie
07-mai-2004

Elections sociales 2004: portraits d'entreprises
07-mai-2004

Les élections sociales vues par L'Echo
03-févr.-2004

La convention pour l'avenir de l'Europe
13-nov.-2002

L’influence des progiciels de gestion intégrée sur le vécu des travailleurs
11-nov.-2002

Les services de la FGTB Liège-Huy-Waremme
17-mai-2002

La FGTB wallonne et le développement durable: perspectives
20-mars-2002

 

Copyright © 1995-2002 @beris.com
Telephone : +32 (0)4 349 07 05


6com