Ecrivez-nous Accueil Indice Imprimer S'abonner A propos de nous... Nos autres sites www.6com.be Plan du site
Inscrivez-vous
L'actualité Edito; Vie syndicale 6cofiches Dossiers Liens

Bienvenue sur 6com.be
27 Novembre 2021

:: 6cofiches ::

Indemnités maladies et invalidité

Salaire garanti

L'entreprise prend en charge la 1ère période de la maladie par le biais du salaire garanti:
1 mois pour l'employé, 2 semaines pour l'ouvrier (+ le complément de 25,88% de la part du salaire inférieur au plafond AMI et de 85,88% de la part du salaire excédant ce plafond) voir ci-après.

Allocations de maladie

Les allocations de maladie sont accordées par la mutuelle (après la période de salaire garanti) durant la 1ère année d'incapacité de travail.

Les allocations de maladie sont égales à 60 % du salaire brut perdu plafonné à 99,23 euros (4.003 BF) par jour (régime 6 allocations par semaine), soit 2.580,03 euros (104.078 BF) par mois.

L'allocation journalière maximale est de 59,54 euros (2.402 BF) par jour, ce qui donne un maximum mensuel de 1.548,05 euros (62.448 BF) à savoir 59,54 euros (2.402 BF) x 26 jours. Il n'y a pas de minimum garanti.

Depuis fin 1996, les cohabitants malades (1ère année d’incapacité de travail) ne touchent plus que 55 % du salaire. Cette réduction intervient à partir du deuxième mois de maladie (le premier est couvert par le salaire garanti). Concrètement, dès que le malade vit avec une ou des personnes qui ont des ressources dépassant 623,58 euros (25.155 BF) par mois, il est considéré comme cohabitant et indemnisé à hauteur de 55 % seulement. Aussi, un homme marié, dont l’épouse travaille à mi-temps même si elle ne touche que le salaire minimum interprofessionnel garanti (1.163,02 euros ou 46.916 BF, ou , depuis février 2002), sera considéré comme cohabitant. Pour la détermination des 623,58 euros (25.155 BF) de “ressources”, on se base sur le salaire brut mensuel augmenté d’1/12 du montant des avantages octroyés annuellement (double pécule de vacances, prime de fin d’année…). Si l’époux gagne 1.735,25 euros (70.000 BF) brut, son indemnité de maladie s’élève donc à 954,39 euros (38.500 BF).

Indemnités de maternité

L'employeur n'est plus obligé de payer de salaire garanti depuis le 9 janvier 1990. La mutuelle intervient dès le début des 15 semaines du congé de maternité :

Pendant les 30 premiers jours du repos de maternité :
  • La travailleuse sous contrat de travail bénéficie d'une indemnité égale à 82% de la rémunération brute perdue (pas de plafond);
  • la travailleuse en incapacité de travail qui n'est pas sous contrat de travail, le taux est de 79,5% de la rémunération brute perdue plafonnée (= plafond pour les indemnités d'incapacité de travail), à savoir 78,89 euros (3182,58 BF) par jour. Pour les invalides (à partir de la 2ème année d'incapacité de travail), ce montant ne peut être inférieur à l'indemnité d'invalidité;
  • la travailleuse en chômage complet indemnisé bénéficie d'une indemnité de base de 60% et d'une indemnité complémentaire de 19,5%, soit 79,5% au total, de la rémunération brute perdue plafonnée. L'indemnité de base ne peut être supérieure à l'allocation de chômage qu'elle aurait perçue si elle avait été au chômage.
A partir du 31ème jour du repos de maternité,

l'indemnité retombe à 75% de la rémunération perdue plafonnée, à savoir 74,42 euros (3.002 BF) par jour pour les trois catégories (y compris pour la travailleuse sous contrat de travail). Pour la travailleuse invalide, ce montant ne peut être inférieur à l'indemnité d'invalidité.

Pour la travailleuse en chômage, les premiers 60% (indemnité de base) ne peuvent être supérieurs aux allocations de chômage.

Précisons que les 82 et 75% constituent un revenu net : pas de retenues de sécurité sociale et pas de précompte, ce qui ne signifie pas qu'il n'y aura pas d'impôt au moment de la taxation annuelle.

Indemnités d'invalidité

Les indemnités d'invalidité sont payées dès que commence la deuxième année de maladie. Elles sont proportionnelles au salaire brut perdu (plafonné à 99,23 euros ou 4.003 BF par jour également).

Il y a trois catégories de bénéficiaires :
  • l'invalide avec personnes à charge : 65 % du salaire, avec un maximum de 59,54 euros (2.402 BF). par jour et un minimum de 37,23 euros (1.502 BF);
  • l'invalide qui vit seul ou avec des personnes sans ressources: 45 % du salaire, avec un maximum de 39,69 euros (1.601 BF) par jour et un minimum de 29,72 euros (1.199 BF);
  • l'invalide qui vit avec des personnes qui ont des ressources dépassant 623,58 euros (25.155 BF) par mois (cohabitant) : 40 % du salaire, avec un maximum de 39,69 euros (1.601 BF) par jour et un minimum de 26,65 euros (1.075 BF).
Est considéré comme invalide avec personnes à charge,
  • celui dont le conjoint ou partenaire est considéré "à charge" en matière de "soins de santé" (même en cas de séparation), c'est-à-dire dont le conjoint a des revenus inférieurs à 7.482,85 euros (301.857,49 BF) par an et 623,58 euros (25.155 BF) par mois);
  • celui qui cohabite exclusivement avec un ou des enfants dont un au moins est à sa charge pour l'assurance "soins de santé";
  • celui qui cohabite exclusivement avec son père ou sa mère, son grand-père ou sa grand-mère, qui est (ou sont) à sa charge pour les "soins de santé" ou qui vivent sous le même toit et qui dispose(nt) de moins de 623,58 euros (25.155 BF) par mois.
Depuis 1999, les divorcés qui payent une pension alimentaire d’au moins 111,55 euros (4.500 BF)/mois peuvent à juste titre obtenir le statut chef de ménage, ceci sur base de l’arrêté royal du 19 avril 1999 qui a modifié en ce sens l’article 225 de l’arrêté royal du 3 juillet 1996 avec effet rétroactif au 1er janvier 1999.

Reprise d’une activité à temps partiel

Moyennant l’accord du médecin-conseil de la mutuelle, les malades et invalides peuvent reprendre une activité à temps partiel. Aussi, le cumul salaire - indemnité de maladie ou d’invalidité – est autorisé dans les limites suivantes :
  • 150% du taux chef de ménage pour les chefs de ménage ;
  • 125% de ce taux pour les isolés et cohabitants.
Attention

Le chômeur tombé malade ne peut toucher une indemnité de maladie plus élevée que son allocation de chômage. Rappelons que le chômeur cohabitant est indemnisé à hauteur de 55 % du salaire brut perdu (avec un plafond de 1.611,04 euros (64.989 BF) durant 1 an, de 40 % durant 3 mois augmentés de 3 mois par année de travail et qu’il tombe après au forfait de 389,56 euros (15.715 BF) sauf s’il justifie d’au moins 20 années de travail ou d’une incapacité permanente de 33 % au moins.

[maj 03/06 - mel 10/06]
 

   - Droit social
      - Aux marches du Palais
         1.666 euros comme prime de crise pour les ouvriers licenciés  
         Banksys-Atos: le fisc n'a pas tous les droits  
         Chasse aux chômeurs: autant savoir ce que l'on risque  
         Comment juger du salaire auquel a droit un mécanicien  
         Contrôle et certificat médical : le travailleur a des droits  
         De deux jobs à aucun: un employeur condamné pour abus de droit  
         Discriminations: deux condamnations exemplaires en France  
         Dumping social: un avis partagé de la Cour européenne de Justice  
         Elections sociales: la protection s'applique aux non-élus successifs  
         Entreprise reprise, nouveau contrat: prudence!  
         Etre soupçonné de vol n'équivaut pas à être un voleur  
         Etre une femme salariée, c'est pas si facile  
         Exiger un préavis peut être un abus de droit  
         Faute grave : une question d’appréciation  
         Force majeure: l'employeur ne peut pas faire n'importe quoi  
         Harcèlement: une condamnation qui ne fait pas injure à la Justice  
         Indemnité complémentaire de préavis et faute grave  
         La Cour européenne de Justice malmène les droits sociaux  
         La signification d'une décision judiciaire fixant une astreinte  
         L'abnégation de l'employeur peut lui coûter cher  
         L'abus nuit en tout, mais pas toujours au licenciement  
         L'alcool, non! Une convention collective, oui!  
         Le crédit-temps n'empêche pas le licenciement  
         Le licenciement est abusif s'il n'est pas fondé sur des faits objectifs  
         Le respect de la vie privée du travailleur est une obligation de l'employeur  
         Les absents au travail n'ont pas toujours tort  
         Les intérimaires sont des travailleurs presque comme les autres  
         Licenciement d'une femme enceinte: restructurer ne suffit pas  
         On ne doit pas tout dire son employeur  
         Ouvrier-Employé: un arrêt important de la Cour Constitutionnelle  
         Pas d'ancienneté pendant la formation en entreprise  
         Peut-on avoir une activité accessoire pendant une période d'incapacité?  
         Piquets de grève et astreintes: un recours peut être utile  
         Prescription contractuelle et délictuelle  
         Quand le patron se trompe de cible  
         Quand les employeurs prennent les travailleurs en grippe...  
         Quelle rémunération pour les gardes dormantes?  
         Rémunération : les intérêts de retard sont dus sur le « brut »  
         Suicide à l'entreprise: Renault condamnée pour faute inexcusable  
         Surveillance vidéo: zoom sur la CCT 68  
         Un délégué licencié illégalement par Arcelor Tailored Blank Liege  
         Une plainte pour harcèlement n'empêche pas tout licenciement  
      - Chiffres
         Indices des prix à la consommation  
         Les salaires de base dans la métallurgie  
      - Contrat de travail
         Bénévolat: quelques règles pour le défraiement  
         Droits et obligations  
         La clause d'essai  
         Le contrat de travail à durée déterminée  
         Le contrat de travail de remplacement  
         Le contrat de travail intérimaire  
         Le contrat de travail temporaire  
         Le contrat de travail, c'est quoi?  
         Le contrat pour un travail défini  
      - Crédit-temps, diminution de carrière, mi-temps
         a) La convention collective  
         b) Crédit-temps et négociations sectorielles  
         c) Conditions et modalités d'octroi  
         d) Le crédit-temps  
         e) Diminution de carrière d'1/5e   
         f) Les travailleurs de plus de 50 ans  
         g) Les mesures transitoires  
         h) Le congé parental  
         i) Soins pour proches gravement malades  
         j) Les soins palliatifs  
         La flexibilité au travail  
         Le congé éducation payé  
      - Elections sociales
         De la protection d'un suppléant  
         Et quand il n'y a pas de CPPT?  
         Janvier, un mois à ne pas négliger  
         Les fils de décembre nous reviennent en mai  
      - Licenciement
         Essai employé  
         Essai ouvrier  
         La grille Claeys  
         Le contrat à durée déterminée (CDD)  
         Le licenciement collectif  
         Le licenciement collectif (indemnités)  
         Le licenciement individuel (employé)  
         Le licenciement individuel (ouvrier)  
         Le licenciement multiple  
         Le licenciement pour faute grave  
         Les travailleurs protégés  
         Les travailleurs protégés (DS, CPPT, CE)  
      - Remboursement des frais de transport
         Minimum légal  
         Ouvriers métallos  
         Trajet domicile-travail en train: part patronale  
      - Restructuration d'entreprise
         Check-list européen  
      - Sécurité sociale
         Indemnités maladies et invalidité  
         Les allocations familiales  
      - Vie en entreprise
         Violence ou harcèlement moral ou sexuel au travail  
   - Economie
        
        
      Les régimes de pension  
      - Divers
      - Organismes internationaux
         L’OCDE  
         L’Organisation mondiale du commerce (OMC)  
         La Banque centrale européenne (BCE)  
         La politique européenne de la concurrence  
         Le FMI (Fonds monétaire International)  
         Le fonds européen d'ajustement à la mondialisation  
         L'Organisation internationale du travail (OIT)  
      - Organismes nationaux
         La Banque Nationale de Belgique (BNB)  
         Le Bureau fédéral du plan  
      - Termes économiques
         La récession  
         Le chômage économique  
         Le commerce équitable  
         Le dumping social  
         Le Produit intérieur brut (PIB)  
         L'Ebitda (Earnings before interest, taxes, depreciation and amortization)  
         Les intérêts notionnels  
         Les offres publiques (OPA, OPE, ...)  
         Les pays émergents  
         Mondialisation et globalisation  

 

Copyright © 2002 @beris.com
Telephone : +32 (0)4 349 07 05